❝ MATORIA ≠ Love says, I’ve seen the dark sides of you, and I’m still staying. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
AVATAR : ∞ aimee (cute) teegarden.
PARCHEMINS : 44
AMORTENTIA : ∞ l'amour, c'est pour les naïfs et les rêveurs.
PATRONUS : ∞ un sombral.
PARTICULARITE(S) : ∞ les dons des redwyne | membre des coeurs en fête.

Astoria F. Redwyne


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: MATORIA ≠ Love says, I’ve seen the dark sides of you, and I’m still staying.   Mar 1 Avr - 22:25

miles from where you are
It's a long way and it's come from paper and I always say, we should be together. I can see the look, because this song has ended. And if you are gone, I will not be long. And I started to hear it again but this time it wasn't you. And the room is so quiet. And my heart is the heart of a life, for the devil to dance again. And the room is too quiet. I was looking for the breath of a life, a little touch of a heavenly life. But all the choirs in my head say no MATORIA, chapitre I



Même ici, cela la poursuivait. Jamais elle ne pourrait s'en libérer. Une nouvelle fois les ténèbres, une nouvelle fois l'odeur du sang qui chaque nuit, venait emplir ses narines. Une nouvelle fois, ce garçon, menaçant et inquiètant qui se rapprochait d'elle. Et une nouvelle fois, un réveil en sueur, un cri étouffé cette fois-ci dans le rebord du canapé dans lequel elle s'était endormie. Toutes les nuits, depuis aussi loin qu'elle s'en rappelait, Astoria était hantée par ce songe, ce songe dont elle ne comprenait ni la raison ni le message. Pourquoi ne pouvait-elle pas avoir une nuit de tranquillité, ne serait-ce qu'une seule? Pourquoi devait-elle toujours se réveiller ainsi, cachant ses cris dans les oreilles et autres morceaux de tissus qu'elle trouvait, pour ne pas avoir à inquiéter son entourage? C'était usant. Usant et surtout, incompréhensible. Elle mit un certain temps à habituer son regard à la pénombre ambiante et surtout, à se rappeler qu'elle n'était pas dans sa chambre mais dans un salon, un salon qui n'appartenait pas à sa famille. Oui... Elle avait quitté la veille les Redwyne pour de bon et elle se retrouvait désormais à dormir chez ce fameux jeune homme qui la terrorisait depuis son enfance et qu'elle avait rejeté il y a de cela presque trois ans. Soupirant, elle laissa ses yeux s'accrocher à l'horloge murale alors qu'elle bougeait légérement la tête en signe d'abandon. Cinq heures et demi du matin. Il était si tôt et pourtant, elle ne se sentait pas capable de se rendomir. Pas maintenant, pas ici. Oh bien sûr, elle était sincèrement reconnaissante à Mrs Lazaridis et à son drôle de fils de l'avoir hébergée pour la nuit, vraiment. Mais ce n'était pas chez elle et elle ne pouvait décemment pas s'imposer ici. Elle n'était pas sans ignorer que son camarade et sa mère manquaient cruellement d'argent. Elle s'était, après tout, ouvertement moquée de lui à ce sujet. Elle ne pouvait donc décidément pas abuser de leur hospitalité. Se redressant, elle grimaça alors que son genou lui faisait atrocement mal et elle se pencha pour regarder la plaie qu'elle s'était faite la veille en trébuchant avec sa valise. Celle-ci n'avait décidément pas une belle tête et elle n'avait pas pensé à s'en occuper avant de s'allonger sur le canapé dur mais accueillant de la famille. Soupirant en se disant qu'il serait peut être temps pour elle de se soigner mais aussi de prendre une bonne douche chaude ô combien méritée, elle traina silencieusement la patte jusqu'à la salle de bain qu'elle devinait non loin de là, faisant de son mieux pour ne réveiller personne. Ouvrant sans regarder à l'intérieur la porte, elle la referma avec précaution derrière elle avant de finalement, retirer tranquillement son t-shirt, en soupirant de bien être, se retournant pour faire face à la douche. Et qu'elle ne fut pas sa surprise quand elle se rendit compte que quelqu'un se trouvait déjà là. Et par n'import qui: son hôte, complétement dévêtu de la tête aux pieds, le corps encore dégoulinant d'eau ( ). Non gênée par une telle situation qui aurait pu probablement embarrassée n'importe quelle autre jeune fille, elle se contenta de laisser un sourire venir arrondir la courbe de ses lèvres. "Et bien, je vois qu'on ne t'a jamais appris à fermer la porte de la salle de bain." Nullement gênée par la nudité du garçon ni par le fait qu'elle n'était elle-même vêtue que de son soutien-gorge et de son short, elle prit un certain plaisir taquin à le regarder de haut en bas et sous toutes les coutures, avec une intention coquine et amusée dans le regard, alors qu'elle se rapprochait presque félinement de lui. "Oh, tu n'as pas à être embarrassé, vraiment. Crois-moi, il n'y a aucune honte à avoir vis à vis de ton corps. La nature t'a plutôt gâtée à cet endroit là d'ailleurs." Lui faisant un clin d'oeil, elle se pencha pour lui effleurer la cuisse avant de se mettre à glousser et de se reculer en secouant la tête, finissant par ramasser son propre t-shirt et par le plier tranquillement. A vrai dire, c'était encore compliqué pour elle de rester en sa présence, notamment juste après un cauchemar. Cependant, elle ne se voyait pas à cet instant précis s'enfuir loin de lui en poussant des hurlements alors qu'il venait de lui offrir un toit pour la nuit. En plus de cela, elle avait une réputation à tenir et elle ne se voulait pas risquer de la perdre. "Je t'en prie, fais comme si je n'étais pas là." Elle rajouta, tranquillement, en lui tournant le dos alors qu'elle continuait elle-même de se déshabiller, ses mains venant chercher à tâtons les fermetures de son soutien-gorge. Non, la Redwyne n'était absolument pas pudique ni gênée de se mettre à nue face à un homme. Il faut dire que non seulement celle-ci avait une confiance en elle affolante mais également que son nombre d'amants l'était encore plus. C'était bien connu à Poudlard que la jeune fille était du genre à papillonner d'un garçon à un autre sans jamais se poser, sans jamais chercher à établir une relation poussée et aboutie. De l'amusement et du sexe, voilà qu'elle avait été sa devise ces cinq dernières années. Et elle s'en était toujours très bien tirée de ce côté là. Pas d'attachement, pas de sentiment. Et elle n'était absolument pas prête à changer d'avis à ce sujet.


Δ IT'S WHERE MY DEMONS HIDE -
When I was young I had a dream, sharp like a memory, That I was from a different place, a different time it seems. And in this dream I heard them cry. I was the devils child that I would be condemned to die within the fire. He burned my body but he saved my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

MATORIA ≠ Love says, I’ve seen the dark sides of you, and I’m still staying.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» I love America
» Love Hina
» Let your love come true
» Mad Love - De l'Amour a la follie

AMORTENTIA :: VERS L'INFINI ET PLUS LOIN ENCORE :: LE ROYAUME-UNI SORCIER :: PRÉ-AU-LARD-