❝ + somewhere deep in the dark. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 11:20


seán ciarán macdonough
we’re still the same
albert mercier / né moldu ◇ né dans une famille de fermiers en Bretagne, il n’avait aucune connaissance du monde de la magie lorsque sa mère est venue lui annoncer l’arrivée d’une lettre à son nom, par hibou + il est allé à Beauxbâtons où, malgré sa nature plutôt timide et réservée, il a réussi à rencontrer l’amour de sa vie, Opale + ce n’est pas une rencontre s’étant passée comme dans un conte de fée, loin de là, il n’a jamais pu oublier la façon dont celle-ci l’a envoyé balader la première fois qu’il a tenté de lui parler + il ne l’a retrouvée que plus tard, alors que leurs études respectives étaient terminées + ils ont vécu quelques temps ensemble, loin d’une guerre qu’ils jugeaient tous deux assez futile, avant qu’Opale ne décide qu’il l’entravait de trop et qu’elle ne parte rejoindre ses parents + s’en est suivi quelques mois de dépression, durant lesquels il n’a vécu que dépressions et envies suicidaires + uc.

Dans cette partie vous prendrez le temps sous forme de points de nous révéler quelques anecdotes, quelques 'facts' au sujet de votre personnage dans le  présent. Parlez nous donc de ses amours, de ses goûts, de sa vie à Poudlard etc. La forme est libre du moment que les informations sont présentes. A la moindre hésitation n'hésitez pas à regarder la fiche d'une des administratrices, postées à titre d'exemple.
C'est ici que commence réellement l'écriture de la fiche. Il s'agit d'une mini-présentation de votre personnage, mais sans que nous vous imposions une forme particulière pour le faire. Vous êtes totalement libre sur cette partie, du moment que vous écrivez au minimum vingt lignes, alors lâchez vous! Une page de journal intime, une interview ou juste une simple introduction feront l'affaire. C'est votre choix, donnez-nous envie d'en savoir plus sur votre personnage et de nous plonger dans sa vie, dans son passé et son présent.
comment se passe ta scolarité à poudlard ? Poudlard, c’est bien. C’est beau. C’est grand. C’est vaste, même. uc. ta famille ne te manque pas trop, t'as emmené des frères ou des sœurs avec toi ? Si elle ne me manque pas trop ? Il se peut que je sois adepte de l’humour noir, mais il y a des choses sur lesquelles il vaut mieux éviter de rire. Ils sont morts, tous. Bien sûr qu’ils me manquent, mais ce n’est pas comme s’ils pouvaient revenir, réapparaître de nulle part ou que sais-je. Je ne suis pas fan des fantômes et de tout ce qui s’y rapporte. Ma famille, maintenant, c’est eux. Ces gens qui m’ont recueilli, ces inconnus débarqués du jour au lendemain pour venir me dicter ma conduite, refaire mon éducation en prenant des airs supérieurs. Tout cela sous le joug de mon paternel et d’une maudite lettre qu’il a écrite à mes dépens. et les amis ça s'passe comment, t'as des faces de scrout à pétards que tu voudrais bien déglinguer ? écrire votre réponse ici allez, fais pas ton troll, je t'ai grillé(e), parle moi de l'élu(e) de ton coeur et de ce qui se trame entre vous, tu veux bien ? écrire votre réponse ici d'ailleurs il sent quoi ton amortentia à toi ? écrire votre réponse ici t'es bon en quoi, t'es mauvais en quoi à l'école ? écrire votre réponse ici t'as des projets d'avenir ou tu comptes juste glander toute ta vie ? écrire votre réponse ici hey, pour finir, passe le micro à celui ou celle qui se planque en toi, dis toi là, la vie passée tu penses quoi de ton nouveau toi, un conseil, une mise en garde ? écrire votre réponse ici
DERRIÈRE LE MIROIR MAGIQUE :
 


Dernière édition par Seán C. MacDonough le Lun 17 Fév - 8:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 11:22


it's where my demons hide
but with the beast inside, there's nowhere we can hide.
Journal d’Albert Mercier, le 30 avril 1605.
Aujourd’hui, je viens d’avoir neuf ans. Mes parents m’ont offert ce petit carnet, je ne sais pas vraiment à quoi il va me servir, mais je ne doute pas qu’il me sera utile. Au moins pour dessiner. Oui, peut-être que je pourrais faire ça, lorsque j’irai surveiller les cochons demain, il y a des marguerites près de l’enclos, cela pourrait être amusant.

uc.

Journal d’Albert Mercier, le 30 mai 1613.
Partie. Tout simplement partie, envolée loin de la France pour rejoindre le Royaume-Uni et ses parents. J’ai cru retenir qu’ils se donnaient corps et âme dans cette guerre qui oppose Poudlard et Durmstrang, celle-là même qui a laissé place à la destruction de Beauxbâtons. Ils vont vouloir qu’elle y prenne part à coup sûr. Je crains pour sa vie, j’ai la mauvaise impression qu’il va lui arriver quelque chose et je ne peux rien faire pour l’aider, rien d’autre que penser à elle et espérer du plus fort que je le peux, qu’il ne lui arrivera rien. Je ne sais pas ce que je ferais s’il lui arrivait quelque chose, mais le monde ne serait certainement plus le même sans Opale. Je ne sais pas ce que j’y ferai alors. Mais je préfère ne pas y penser pour l’instant ; je sais à quel point cette histoire lui parait stupide, et je préfère m’obstiner à croire qu’il ne lui arrivera rien, qu’elle gardera suffisamment de maturité et de détachement pour ne pas prendre part à tout cela. D’ailleurs, je garde une confiance absolue en elle. Bien sûr qu’elle n’ira pas faire la guerre comme ces sauvages. Je n’ai rien à craindre pour elle, elle s’en sortira, comme toujours. Elle a toujours été la plus douée de nous deux dans tous les cas, celle taillée pour survivre. En attendant de pouvoir la retrouver, je crois qu’il ne me reste plus qu’à retourner chez-moi, rejoindre mes parents à la ferme, et attendre que les choses se calment un peu.

Journal d’Albert Mercier, le 19 juin 1613.
La remontée jusqu’à l’ouest du pays a été on ne peut plus laborieuse. Je ne savais même pas exactement où j’étais, retrouver la route de ma tendre Bretagne n’a pas été aisé. Tout n’était que successions de villages aux routes pavées sans nom, tantôt remontées à bord de tracteurs, tantôt parcourues dans les voitures de quelques rares nobles ayant décidé de faire preuve d’amabilité – je savais bien que ces hommes dont on m’a si souvent conté la gentillesse et la bonne naissance, existaient encore –, ou encore en faisant claquer mes propres semelles contre les diverses pierres composant la route. Heureusement qu’il ne m’a fallu ainsi remonter qu’une courte partie du pays, sans quoi il m’aurait encore fallu quelques longues journées, aux nuits toujours plus brèves, pour parvenir jusqu’à ma petite fermette, jonchée au sommet d’une colline. C’est sans doute pourquoi je me suis trouvé aussi heureux d’apercevoir les angles biscornus du bâtiment principal, et les barrières de bois marquant les contours de l’enclos. Ce qui m’a cependant fait le plus plaisir, a été de distinguer les silhouettes de mes deux parents, se détachant sur le soleil couchant ; ils sont en vie et rien d’autre ne m’importe plus – tant que je reste convaincu qu’Opale se trouve être en bonne santé.

Journal d’Albert Mercier, le 25 juin 1613.
L’attente a été trop longue. La vie sans elle s’avère être impossible. Même pas deux jours après être revenu chez moi, en Bretagne, je tressaillais déjà d’impatience sur ma chaise à l’idée de me mettre en route pour retrouver Opale, alors que mes parents se voyaient déjà me renvoyer au milieu de l’élevage de cochons. C’est donc tout naturellement que je suis reparti, après de longues discussions animées avec mes parents, à la recherche de celle que j’aime. C’est un bout de parchemin froissé, glissé dans ma poche par une vieille sorcière à la culture immense et à l’intelligence supérieure à la norme, qui m’a mené vers la maison de la sœur de la belle. Intimidé par la façade, le porche et même la porte d’entrée, je n’ai pas pu me résoudre à approcher bien plus près. C’était un bout de la jeune femme qui se trouvait là, un bout de sa famille, de son passé, de son histoire. Je ne pouvais me résoudre à approcher et à abattre mon poing contre le battant de bois, risquer de me heurter à un mur et que l’on m’apprenne qu’elle n’était pas là. C’est donc tout naturellement que j’ai attendu là, inlassablement planté devant la façade, dissimulé derrière quelques taillis, que je me sente près à approcher. J’ai bien fait d’attendre, de ne pas me hâter d’aller me présenter. Car elle n’était pas encore là. Je ne peux même pas décrire le soulagement que j’ai ressenti en la voyant arriver, en l’observant se jeter dans les bras de sa sœur. J’ai été déçu pour elle, qu’elle se fasse rejeter ainsi, j’ai crains sa colère et son désarroi, mais je suis tout de même sorti de ma cachette pour avancer à sa rencontre. Elle s’est dite soulagée de me voir là. Et à présent, dans ma tête, une seule phrase résonne sans cesse : « ça y est, j’ai retrouvé Opale ». Vous ne pouvez même pas imaginer le soulagement qu’accompagne cette pensée.

Journal d’Albert Mercier, le 4 octobre 1618.
Un peu plus de cinq ans ; c’est le temps que nous avons vécu ensemble, Opale et moi, avant qu’elle ne décide que la vie loin du monde magique n’était pas pour elle. La vie à la tradition moldue, ne lui convenait pas, elle se sentait comme perdue, comme si on lui ôtait un bout d’elle-même. J’aurais dû m’en douter. Comment la sorcière si fière que j’ai rencontré en première année à Beauxbâtons, aurait pu accepter de se rabaisser à une vie si plate et loin de ses habitudes de sorcière de sang pur ? Elle m’a reproché de vouloir l’empêcher de vivre, de vouloir l’empêcher de vivre, alors qu’en l’écartant de la guerre parcourant le monde magique, je ne pensais qu’à bien faire ; la préserver pour la mettre en position de sûreté. Je me suis fourvoyé. C’est ce qu’elle m’a fait comprendre au terme d’une violente dispute, avant qu’elle ne tourne les talons, me tournant le dos par la même occasion pour fermer la porte dans un violent bruit de fracas derrière elle. Je suis tombé à genoux, et je me suis contenté de fixer, perdu, le battant de bois face à moi, avant que des larmes ne commencent à dévaler mes joues et que des sanglots ne viennent secouer mon corps de quelques soubresauts. Une nouvelle fois, je l’ai perdue.

Journal d’Albert Mercier, le 21 décembre 1618.
La dépression me guette. Non, c’est pire que ça. Elle ébranle mon être, ne laisse place à aucun répit. C’est ce dont je me suis rendu compte lorsque j’ai pénétré dans la grange, en tout début d’après-midi – le départ d’Opale ayant inévitablement entrainée un retour chez mes parents, au fin fond de la Bretagne, où ils ne se trouvaient déjà plus – et que j’ai intensément fixé la vieille poutre soutenant le toit sur toute sa longueur. Elle a lâche au terme de quelques grincements atroces, avant de s’effondrer sur ma tête, emportant une partie du toit avec elle, lorsque j’ai tenté d’y accrocher ma corde, mon nœud coulant déjà fièrement serré autour du cou. Dans sa chute, elle a brisé la nuque de deux ou trois cochons de l’élevage, dont celle de la truie que j’avais surnommée Opale, en raison de l’absence de la jeune femme. Quelle connerie, une nouvelle fois ! Il n’empêche qu’en observant son cadavre, je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir un énième pincement au cœur : et si la vraie – la véritable Opale – se trouvait dans le même état ? Je n’ai pas pu m’empêcher de m’effondrer à genoux et de me mettre à sangloter bruyamment.

Journal d’Albert Mercier, le
uc.

Journal d’Albert Mercier, le 30 avril 1619.
Jamais je n’aurais pensé que mes pas me conduiraient jusqu’à Durmstrang, que mon voyage se prolongerait jusque là-bas. Qu’est-ce que peut bien y faire Opale ? Je n’en ai pas la moindre idée, mais une certitude réside : elle ne se trouve pas dans le bon camp, ne soutient pas ceux qu’elle soutenait au départ. Comment s’est produit ce changement de camp et sous quelle influence ? Je n’en sais rien. Je n’ai jamais pensé que la jeune femme soit influençable auparavant, mais alors que la porte du château se détachait enfin devant moi, c’est une certitude que je suis bien forcé d’admettre, avoir quelque peu oublié. Elle a toujours eu le don d’ébranler mes convictions, de me faire douter d’un rien, mais cette fois, il s’agit d’une chose vraiment particulière. Mais je suis venu ici dans l’unique but de la retrouver et je ne compte pas partir sans elle.

Journal d’Albert Mercier, le 2 mai 1619.
Elle a tenu à aller faire ses adieux à dieu seul sait qui. Je me retrouve seul, perdu dans une maison non loin du château de Durmstrang, qu’elle semble bien connaître. Elle a dû s’y réfugier plusieurs fois j’imagine. J’ai commencé à y déambuler tôt ce matin, en observant chaque recoin. Chaque détail de chaque pièce. Est-ce donc là qu’elle a vécu ces derniers mois ? Est-ce vraiment cet endroit qui est parvenu à l’arracher à moi ? Je ne cache pas que je n’ai pas pu m’empêcher de verser quelques larmes alors que ces pensées me trottaient en tête. uc.


------------------ ◊ -----------------


uc.


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.


Dernière édition par Seán C. MacDonough le Ven 17 Jan - 9:21, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : Daniel Sharman
PARCHEMINS : 365
AMORTENTIA : Volage, incertain, Rohan n'a aucune idée qu'il est destiné à retomber dans les bras de la même fille que par le passé.
PATRONUS : Un lynx
PARTICULARITE(S) : Son torse... (GROS PRETENTIEUX)

Rohan Garrigan
MR TOUT NU


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 11:27

Graouuuu rj       ce type est trop   

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche, hâte de voir ce que tu vas faire de ton personnage    

+ du Daughter dans ta sign, tu gères la fougère      


STRANGERS IN LOVERS CLOTHES
I don’t really think that many people experienced true love in their life. For me it was the way her fingers lightly touched my cheek on an early morning, on most days I knew that I loved her when she laughed, while she turned her head away, almost like a shy deer that had been fooled so often. People like her, they are what stories are made of. She was my story.


Dernière édition par Rohan Garrigan le Mar 31 Déc - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : adelaïde (hot) kane.
PARCHEMINS : 190
AMORTENTIA : cercei est l'amour de sa vie, c'est tout. (et ce gars là...)
PATRONUS : un phénix.
PARTICULARITE(S) : brightest witch of her time | animagus sombre louve | leader des sombres phénix | détective.

M. Cordélia Lysaght
TRUST MY RAGE


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 11:28

PROMIS. on va essayer de régler les soucis de navigateurs ne serait-ce que pour la seconde version
... j'ai trouvé pour la blague je crois héhé    
Bienvenue ici chou, nous sommes là pour toi si tu as besoin de quoi que ce soit   
n'hésite pas à mpotter si tu as besoin de liens, ou de dire à Alison de le faire       


Δ ANGER IS ALL I HAVE
Just because you love someone doesn’t mean you should stick around an screw up their life.See the gods are long dead, but the girl is still standing.CORDELIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : Emma Watson
PARCHEMINS : 451
AMORTENTIA : seeley, qu'elle doit protéger d'elle-même
PATRONUS : un papillon, symbole de transformation (tiens, tiens)
PARTICULARITE(S) : lycanthropie, son fardeau

Peah Y. Greyjoy
WE INSIST THAT IGNORANCE KILLED THE CAT.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 11:49

bienvenue et bonne chance pour ta fiche  


    their love are their tragedy
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : evan peters.
PARCHEMINS : 437
AMORTENTIA : ▪ véritable coureur de jupons, mais est en quelque sorte tombé sous le charme de la jolie cordélia lysaght. la seule meuf qui fallait pas.
PATRONUS : ▪ un fennec, plus grand que la moyenne, un ours brun, auparavant.
PARTICULARITE(S) : ▪ président des cœurs en fête ; demi-vélan ; paresseux surdoué ; dragueur invétéré ; fondateur et gérant d'un petit trafic d'objets interdits au sein de l'école ; véritable collectionneur d'heures de colle.

Jagger D. Young
VIEILLE PROSTITUÉE DES ANNÉES 80 SUR LE RETOUR A LA TOUFFE PEROXYDEE


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 11:59

excellent choix d'avatar et ton pseudo
bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche


POEMS INSIDE OF YOU THAT PAPER CAN'T HANDLE ─
for a star to be born, there is one thing that must happen; a gaseous nebula must collapse - so collapse, crumble. this is not your destruction, this is your birth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 374
AMORTENTIA : une jolie serdaigle un peu loufoque, mais à laquelle il ne peut résister.
PATRONUS : aigle royal.
PARTICULARITE(S) : préfet de serpentard ; gardien de l'équipe de quidditch des verts ; membre des baguettes frétillantes ; grand amateur de rapaces ; chevalier à ses heures perdues.

Ulysse G. Knight
FRANKLY MY DEAR, I DON'T GIVE A DAMN.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 12:43

Quel beau choix d'avatar !
Bienvenue et bon courage pour ta fiche


i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 62
AMORTENTIA : vide intégral. elle dit que ça sent le savon d'alep une odeur toute simple qui lui rappelle simplement la Turquie
PARTICULARITE(S) : préfète, parle avec un accent turc, se souvient entièrement de sa vie antérieure et a un lien très étroit avec son ancien moi

Dünya E. Leyhan
Hang the rules they are more like guidelines anyway.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 13:25

Bienvenue   tey bô   
 Bon courage pour ta fiche  


☪️
Curtain's call, is the last of all. When the lights fade out, all the sinners crawl. So they dug your grave and the masquerade will come calling out at the mess you've made. Don't wanna let you down, but I am hell bound [...]
this is my kingdom come
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 278
AMORTENTIA : COOOOOOORDELIA (achille aussi, mais cordélia quoi.)
PATRONUS : un cygne.
PARTICULARITE(S) : badass.

H. Cercei Stonem
DARK SISSI, BITCH.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 13:33

ce choix d'avatar de guedin.    
j'ai hâte d'voir ce que va donner ton personnage.   
bienvenue parmi nous et bonne continuation pour ta fiche.   



The way you hit my heart, I know it's not logical. It's like an arrow shot through the dark, so hard. The colors all fall apart. Say it's impossible how everything feels so magical. You turn up all the lights,. I fall into the moon. I don't ever feel lost when I'm holding pieces of you, Pieces of me, we fit together perfectly, and I am falling. Now I'm falling. @cerchille/iros, épic love.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : crystal reed
PARCHEMINS : 159
AMORTENTIA : rohan.
PATRONUS : un renard
PARTICULARITE(S) : elle est particulièrement douée en enchantements et sortlièges

Daegan Greengrass
FRANKLY MY DEAR, I DON'T GIVE A DAMN.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 17:46

rj king   ce choix d'avatar quoi   bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche   



and i'd give up forever to touch you. cause i know that you feel me somehow. you're the closest to heaven that i'll ever be and i don't want to go home right now. and all i can taste is this moment. and all i can breathe is your life cause sooner or later it's over. i just don't want to miss you tonight   (+) rogan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 17:50

ROHAN + daughter c'est la vie, merci.   

CORDÉLIA + je disais ça pour déconner hein, je suis pas un monstre, promis.   félicitations si tu as trouvé pour la blague, je te donne droit à tout mon respect du coup, vu comme j'ai galéré.   et un grand merci du coup, je n'hésiterai pas.   

PEAH + greyjoy.   emma.   tu gères.   et merci.   

JAGGER + et que dire d'evan hein ?   un grand merci à toi.  tongue 

ULYSSE + être accueillie par snow, ow.   je te veux sur le trône de fer merci.   

DÜNYA + kaya.   puis t'as choisi l'un des meilleurs avatars d'elle quoi.   merci beaucoup, belle demoiselle.   

CERCEI + le pseudo (stonem quoi   ) et le choix d'avatar, omg quoi.   j'espère ne pas te décevoir avec ce que je ferai d'rj du coup.   merci.  

DAEGAN + une greengrass.   merci.  tongue 


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : adelaïde (hot) kane.
PARCHEMINS : 190
AMORTENTIA : cercei est l'amour de sa vie, c'est tout. (et ce gars là...)
PATRONUS : un phénix.
PARTICULARITE(S) : brightest witch of her time | animagus sombre louve | leader des sombres phénix | détective.

M. Cordélia Lysaght
TRUST MY RAGE


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 17:53

(oh oui complimente leurs pseudos & célébrités et tout... à part Daegan et Rohan c'est moi qui les ai choisi, ça flatte mon égo         

je sooooooooooors...

... coin coin.     )


Δ ANGER IS ALL I HAVE
Just because you love someone doesn’t mean you should stick around an screw up their life.See the gods are long dead, but the girl is still standing.CORDELIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mar 31 Déc - 19:05

Ah mais les flatteries je peux t'en faire quand tu veux, pas de souci.  et ça y est, je crois que je t'admire.


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Jeu 2 Jan - 9:01

OMAM + RJ + THIS FUCKING GIF = FUCK ME.
bienvenue parmi nous, donc, mon beau. bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Jeu 2 Jan - 9:24

Et que dire de Logan hein ?   
Merci beaucoup, ô beau jeune homme.   


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : ∞ emilia (lovely) clarke.
PARCHEMINS : 935
AMORTENTIA : ∞ noah ; je m'enivre à deviner ton étoile au ciel, ton sourire au bord des larmes.
PATRONUS : ∞ dragon.
PARTICULARITE(S) : ∞ dragonnière (au don endormi) | tête de turc des autres élèves | bizarre, vraiment très bizarre | membre des licornes de l'arc-en-ciel.

V. Ēchṓ Laertiadis
she's like the wind.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Jeu 2 Jan - 11:14

Seán C. MacDonough a écrit:
Ah mais les flatteries je peux t'en faire quand tu veux, pas de souci.  et ça y est, je crois que je t'admire.

... t'es parfait toi



come and take a walk on the wild side. let me kiss you hard in the pouring rain. you like your girls insane. choose your last words, this is the last time. 'cause you and i, we were born to die. NECHO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Jeu 2 Jan - 11:17

Mais c'est un honneur de vous servir, Khaleesi.   


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 599
AMORTENTIA : Inconnue
PATRONUS : Chien
PARTICULARITE(S) : Loup-garou

A.V. Diederick
There's something wolfish about him. Not in a sexy way, but in an I’ll-eat-your-grandmother way.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Mer 8 Jan - 1:26

JE VIENS JUSTE DE VOIR CETTE FICHE.
Mon Dieu que j'aime ce genre de surprise. Je VEUX un lien avec cette bête. Je VEUX en savoir plus et je TENAIS à te souhaiter la bienvenue. Diantre, fichtre et couille que ton kit est fuckable. Tu vas mettre la barre très haute. (Sans mauvais jeu de mot )


Miss Elizabeth. I have struggled in vain and I can bear it no longer. These past months have been a torment. I came to Rosings with the single object of seeing you... I had to see you. I have fought against my better judgment, my family's expectations, the inferiority of your birth by rank and circumstance. All these things I am willing to put aside and ask you to end my agony.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : ∞ emilia (lovely) clarke.
PARCHEMINS : 935
AMORTENTIA : ∞ noah ; je m'enivre à deviner ton étoile au ciel, ton sourire au bord des larmes.
PATRONUS : ∞ dragon.
PARTICULARITE(S) : ∞ dragonnière (au don endormi) | tête de turc des autres élèves | bizarre, vraiment très bizarre | membre des licornes de l'arc-en-ciel.

V. Ēchṓ Laertiadis
she's like the wind.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Ven 10 Jan - 22:26

Délai accordé jusqu'au 17/01



come and take a walk on the wild side. let me kiss you hard in the pouring rain. you like your girls insane. choose your last words, this is the last time. 'cause you and i, we were born to die. NECHO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Dim 12 Jan - 8:36

A.V. + OMG, CET AVATAR.   J'aurais exigé un lien aussi de toute façon.   Allons torturer du Greyjoy together   Je viens t'en reparler très prochainement du coup.   

ECHO + Merci beaucoup.  tongue 


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : crystal reed
PARCHEMINS : 159
AMORTENTIA : rohan.
PATRONUS : un renard
PARTICULARITE(S) : elle est particulièrement douée en enchantements et sortlièges

Daegan Greengrass
FRANKLY MY DEAR, I DON'T GIVE A DAMN.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Lun 27 Jan - 21:24

Seán C. MacDonough a écrit:
qu’est-ce qui est jaune et qui fait nioc-nioc ? (bon courage, j’ai mis une semaine à trouver la réponse et encore, parce qu’on me l’a donnée..)

c'est un canard ?    je pars loin

bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche rj est un super choix   



and i'd give up forever to touch you. cause i know that you feel me somehow. you're the closest to heaven that i'll ever be and i don't want to go home right now. and all i can taste is this moment. and all i can breathe is your life cause sooner or later it's over. i just don't want to miss you tonight   (+) rogan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 10

Seán C. MacDonough


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Dim 2 Fév - 10:09

Yep, un canard mais que fait-il ?   
Merci beaucoup, Crystal n'est pas mal non plus faut dire.   


(+) STILL
two feet standing on a principle, two hands longing for each other's warmth. cold smoke seeping out of colder throats ; darkness falling, leaves nowhere to go. tt's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
AVATAR : crystal reed
PARCHEMINS : 159
AMORTENTIA : rohan.
PATRONUS : un renard
PARTICULARITE(S) : elle est particulièrement douée en enchantements et sortlièges

Daegan Greengrass
FRANKLY MY DEAR, I DON'T GIVE A DAMN.


TON RAPPELTOUT
QUATRE CENT ANS AVANT:
RELATIONS:
MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Dim 2 Fév - 11:44

un canard qui fait coin coin ?   nioc-nioc étant l'inversé quoi   

bref j'arrête de flooder   



and i'd give up forever to touch you. cause i know that you feel me somehow. you're the closest to heaven that i'll ever be and i don't want to go home right now. and all i can taste is this moment. and all i can breathe is your life cause sooner or later it's over. i just don't want to miss you tonight   (+) rogan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PARCHEMINS : 134
AMORTENTIA : un mélange de fruit d'été comme le melon, l'abricot et la pastèque et de treize dessert, c'est bizarre, mais changeant, ça me définit parfaitement, sinon autant dire qu'elle est fleure bleu la petite !
PATRONUS : Ornyx
PARTICULARITE(S) : doué en potion • Empathe

J. Gwaine Cymru
Smiles can be catching.

MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    Lun 3 Fév - 8:50

HO      
Bienvenue    


✱ Ecoute ton coeur. Il connaît toute chose, parce qu'il vient de l'Âme du Monde, et qu'un jour il y retournera ✱
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: + somewhere deep in the dark.    

Revenir en haut Aller en bas
 

+ somewhere deep in the dark.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» D&D Dark Sun 4E

AMORTENTIA :: LE PASSÉ C'EST LE PRÉSENT ET LE PRÉSENT C'EST LE PASSÉ :: LA PLUME MAGIQUE-